Rechercher

Beatmaker-beatmaking - Placez vos beats avec Pitch Music Center !

Dernière mise à jour : 22 déc. 2021

Pour consulter en temps réel les annonces des artistes en développement urbain rap pop cliquez ici.


Pour consulter en temps réel les annonces des artistes en développement urbain rap pop cliquez ici.


Un beatmaker ou un concepteur rythmique, est originellement un compositeur de morceaux instrumentaux pour rap, hip-hop ou RnB contemporain. La pop actuelle étant à tendance urbaine, le beatmaking élargit son champ d’action tout autant, et les adeptes du sound design utilisent de plus en plus les mêmes outils de productions.


Le Beatmaker, également appelé Producteur créé, compose et/ou arrange une partie musicale existante pour enregistrer ses propres morceaux. Pour de nombreux musiciens, la création de beats pour un titre est la partie de la composition et de l'arrangement qu'ils apprécient le plus. Avec la basse, les beats créent le groove et donc la base d'une chanson forte.


Tout au long de son histoire, le beatmaking a reflété de manière inhérente les adaptations aux innovations technologiques, notamment la boîte à rythmes, la groovebox, l'échantillonneur ou le séquenceur et la station de travail audio numérique, qui ont permis à des individus ou à de petits groupes de collaborateurs de créer des pistes musicales sans l'aide de musiciens professionnels de studio.


Il est loin le temps où il fallait composer sur des séquenceurs lourds à partir d’échantillons récupérés dans de vieux bacs à vinyles. Aujourd’hui, quelques clics mènent à tout, on se fait une culture au gré des recommandations YouTube, on perfectionne sa technique avec des tutoriels, et en quelques semaines on peut déjà composer des beats très convaincants dans un nouveau style en vogue.


Hier cachés dans la pénombre des studios et relégués aux notes de bas de pages des livrets CD, ils sont de plus en plus nombreux aujourd'hui à se distinguer, et à casser l’image du beatmaker geek discret. Chaîne YouTube, création de drum kit, nombreux formats médiatiques : les beatmakers d’aujourd’hui sont bien plus que des musiciens doués avec leur ordinateur. Et certains d'entre eux parviennent de plus en plus à se faire un nom sans être forcément associé à un rappeur.


Un peu d’histoire


Un beatmaker est un « faiseur de sons », un « producer » en anglais, qui compose des rythmes (des « beats » dans le domaine du hip-hop). À l'origine, la plupart des groupes de rap disposent de leur propre beatmaker. Mais qu'ils produisent des sons pour d'autres ou pour leur groupe, le plus souvent, ceux-ci ne sont ni cités ni crédités.


Bien que le terme "beat making" n'ait pas été utilisé avant l'adoption à grande échelle des boîtes à rythmes et des échantillonneurs, la production hip-hop est antérieure à l'ère de la reproduction numérique. Les premiers producteurs de Rap, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, étaient des vestiges de l'industrie du R&B, dirigeant les musiciens de studio pendant les séances d'enregistrement. L'exemple le plus célèbre est celui de Sylvia Robinson, de Sugar Hill Records, qui a demandé à des membres du groupe Positive Force de rejouer des passages, dont la ligne de basse bien en vue, de "Good Times" de Chic comme lit rythmique de ce qui allait devenir le "Rapper's Delight" de la bande Sugarhill, le premier disque de rap à succès.


Avec l'explosion du rap dans les années 1990, le statut s'améliore, ainsi que les rémunérations. Le développement d'internet permet aux beatmakers de mieux se faire connaitre et d'obtenir une plus large diffusion même si de nos jours ils restent la plupart du temps dans l'ombre. La reconnaissance du milieu pour le beatmaker vient principalement de la présence d'une partie instrumentale de sa création sur un morceau renommé, voire idéalement sur un tube, même si en définitive la partie rythmique créée par le beatmaker est parfois largement transformée.


De nombreux artistes ayant fait une carrière en leur nom sont à ranger dans cette profession, tels J Dilla, Mike Will Made It, Murda Beatz, WondaGurl, Dr Dre, Timbaland, Hit-Boy, Diplo, Rvssian ou Yoel Henriquez. Le marché américain étant bien plus mature pour cette profession et le statut de beatmaker y est pleinement reconnu. La réussite d'un beatmaker transforme parfois sa carrière et il devient producteur de musique, participant à plusieurs étapes de la réalisation d'un morceau ou d'un disque. C'est le cas en France de Dany Synthé qui obtient une Victoire de la Musique pour son travail sur le tube Sapés comme jamais.

Les sources d'inspirations des beatmakers sont multiples, du jazz, soul, blues, ou même musique classique. Certains ont un passé de disc-jockey avant de passer à la création de sons ou l'inverse : la légitimité et la reconnaissance publique du beatmaker peuvent être apportées par ses activités annexes4. De nos jours, la technologie numérique a remplacé l'usage des disques vinyles, les beatmakers utilisant ordinateur avec des logiciels spécifiques comme Ableton Live ou FL Studio et autres appareils tel les dérivés du Akai MPC.

Le beatmaking aujourd’hui


Si vous aimez la fabrication de beat, que vos goûts penchent vers le Hip Hop, l'EDM, la Pop ou autre, n'hésitez pas. En vérité, la production musicale est beaucoup plus facile et plus abordable aujourd'hui qu'elle ne l'était autrefois, mais il reste encore beaucoup à apprendre sur le sujet.


Il possible de créer des beats pour des sons dans presque tous les styles musicaux. En tant que producteur vous devez être attentif au choix des échantillons à leur combinaison intelligente et au mélange de l'ensemble, en passant par l'inspiration et le workflow. Voici un guide des éléments essentiels du beatmaking.


Avec l'arrivée de la trap et de la drill dans les années 2010, le statut de beatmaker explose en Europe, notamment au Royaume-Uni et en France. Sur internet, le contenu coule à flots et le concept de "type beat" apparaît. Parallèlement et en réponse à ce phénomène, le nombre d'interviews de beatmakers/producteurs réputés mais aussi de masterclass et tutoriels sur internet (notamment sur YouTube) augmentent exponentiellement, ce qui fait qu'il est de plus en plus facile de se lancer dans le métier et il est plus simple faire du contenu de qualité avec des moyens limités.


Au-delà du rap, du hip-hop et du RnB contemporain, il arrive aussi que l'appelation de beatmakers concerne les producteurs de musiques électroniques comme l'EDM, la dubstep, l'electroswing, la future bass, la trance ou encore la synthwave, voire parfois les « ghost producers».


Sources : Wikipedia https://www.redbull.com/


Musicien différent de Beatmaker ?

Le terme beatmaker est parfois utilisé de façon réducteur par les musiciens professionnels, qui voient là non pas des compositeurs en tant que tels, mais plutôt des créateurs assistés par la technologie qui n'ont qu'un bagage très maigre en techniques musicales ou dans la pratique d'instruments acoustiques.


En prenant du recul, on peut aller beaucoup plus loin (attention à ne pas tomber tout de même), en faveur d'une autre approche qui place la technologie musicale dans la tradition de la fabrication de rythmes et qui fait de cette pratique musicale une valeur en soi. Les équipements de beatmaking et leur technologie embarquée font réellement figure d'instruments à part entière, et ont leur place dans la formation de la musique actuelle.


L'explosion du Beatmaking avec YouTube et les réseaux sociaux


La prolifération des vidéos de beatmaking a commencé en 2005, avec le lancement de YouTube. On y trouvait des vidéos de Ski Beatz décomposant la création de son beat "Dead Presidents" pour Jay-Z ; Ryan Leslie entrant en studio et préparant des chansons comme "Addiction" et "Gibberish" apparemment sans effort, consolidant sa réputation de prodige du R&B. La conception de la MPC comme un instrument de performance se prêtait naturellement à la fois aux spectacles Live et aux vidéos internet, permettant l'écriture de chansons à la vitesse de l'éclair.


YouTube a également contribué à immortaliser la création de certains des beats les plus remarquables du rap. Prenons par exemple le documentaire Fade to Black de 2003, dans lequel Kanye West et Timbaland font écouter pour la première fois à Jay-Z des beats qui vont bientôt devenir célèbres comme "Lucifer" et "Dirt Off Your Shoulder". Au cours des dix dernières années, la prolifération de ce genre de moments en studio est devenue courante, presque banale.


Le deuxième grand bond dans la brève histoire des vidéos de beatmaking s'est déroulé sur les médias sociaux, et en particulier sur Instagram. Instagram a ajouté une capacité vidéo en 2013, puis a lancé Instagram Live et a augmenté la capacité vidéo de 15 secondes à 60 secondes en 2016, puis a lancé IGTV en 2018. Au cours de ces étapes, Instagram est devenu un écosystème florissant pour les producteurs, et a dépassé YouTube en tant que meilleur outil pour se commercialiser auprès des fans, des marques et des autres musiciens. Il est devenu normal pour les producteurs de diffuser leurs sessions de studio sur IG Live, qu'il s'agisse de créer des beats en Live ou lancer des beats existants et mesurer l'intérêt des fans en temps réel.


Néanmoins, YouTube continue d'être un lieu d'accueil pour les producteurs et leurs émissions de beatmaking plus poussées et plus longues. L'émission très populaire de Kenny Beats, The Cave, présente un artiste invité différent à chaque épisode et travaille selon les paramètres d'un beat de 10 minutes et d'un couplet de 16 mesures. Kiefer, producteur et pianiste de jazz basé à Los Angeles, qualifie son émission Records Shirts and Donuts de "l'émission de beatmaking la plus saine sur YouTube".


L'industrie la musique en profonde mutation : une opportunité pour les Beatmakers ?


Les vidéos de beatmaking offrent un potentiel bien plus important aux producteurs qu'aux maisons de disques. Il est notoire que les producteurs ont été sous-estimés et sous-payés pour leur travail. Les vidéos de beatmaking offrent aux producteurs un moyen de se mettre sous les feux de la rampe et de créer leur propre Label. Cela ne signifie pas simplement utiliser Instagram comme une plateforme pour vendre des beats. Il s'agit d'utiliser Instagram pour commercialiser sa musique auprès des musiciens, des fans, des marques et de tous ceux qui se trouvent entre les deux.


La musique est généralement conçue comme un support auditif. Mais les vidéos de beatmaking soulignent la nature fondamentalement visuelle de la musique. La musique est physique. La musique a un langage visuel. Les vidéos de beatmaking permettent aux producteurs de s'exprimer par le biais d'une performance plutôt que d'un simple produit fini. De plus, les vidéos de beatmaking créent une bulle d'ambiance positive, relativement immunisée contre les maux et l'obscurité des médias sociaux. Elles constituent non seulement une expression personnelle mais aussi une expression collaborative, un dialogue entre les artistes et leur public.


Maintenant que nous avons vu quels étaient des possibilités nombreuses du beatmaking, étudions le matériel qu'il vous faut pour devenir beatmaker.


https://www.sonovente.com/



beatmaker français

beatmaker fr

beatmaker 1000

beatmaker salaire

beatmaker gratuit

beatmaker 2000

beatmaker logiciel

beatmaker logo

skread

studio d'enregistrement

daw

Protools

Pro tools

Logic

Garage band

Cubase

mpc

808


342 vues0 commentaire